Nombre de fonctionnaires par ministères => des mécontents

 

La directive du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partants à la retraite, soit 30000 postes par an depuis 2008, a connu ses derniers jours d’application. Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a transmis aux ministères  la lettre de cadrage concernant l’attribution des postes de fonctionnaires.

 

Pendant la campagne électorale, François Hollande avait annoncé «  qu’il n’y aura pas de diminution globale du nombre de fonctionnaires».  Michel SAPIN,( Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social) avait renchéri sur une radio « Et je peux le dire autrement, il n’y aura pas d’augmentation globale du nombre de fonctionnaires».

 



 
 

Force est de constater que l’augmentation des effectifs des fonctionnaires dans les secteurs prioritaires tels que l’Education Nationale, la Justice et l’Intérieur engendre comme prévu une réduction du nombre de fonctionnaires dans les ministères jugés « non prioritaires ».
 

L’objectif de « ne pas changer le nombre global de fonctionnaires »  est assuré. Ce choix de destination des postes de fonctionnaires à pourvoir n’enchantera pas tous les acteurs de la fonction publique mais également les citoyens.
 

Le grand privilégié est le ministère de l’Education avec une augmentation de 10000 postes de ses effectifs. Ce ministère était sans doute en carence de personnel et l’Etat se doit de fournir les moyens aux futures générations de construire l’avenir de demain.  
 
Toutefois, d’autres préoccupations inquiètent les français qui réclament des solutions d’urgence. Les citoyens sont confrontés quotidiennement à la crise économique, aux restrictions budgétaires, à la crise du logement, au réchauffement climatique, etc…
 
Le dilemme est que ces réalités de vie sociale et économique sont traitées par les ministères de l’Economie et du Budget, de l’Ecologie et du Logement, dont l’effectif de fonctionnaires va diminuer de 2 à 2.5 % en 2013.  Ces ministères sont jugés « non prioritaires ».
 
Comment alors remédier rapidement à ces évènements sans effectifs suffisants ? Le grand perdant est le ministère de la Défense avec 7200 suppressions de postes de fonctionnaires en 2013.

 
D’autres  ministères accusent eux aussi une diminution du nombre de leurs fonctionnaires de 1.3% en moyenne. En sachant que le ministère de l’emploi fait partie de cette catégorie, on peut s’inquiéter du traitement des sans-emploi dans l’avenir alors que le taux de chômage flambe et que les perspectives de création ou de maintien de l’emploi sont peu encourageantes.
 
Cette déficience en ressources humaines permettra-t-elle de résoudre ce problème qui est la préoccupation principale pour 77% des français?
 
 
Nous sommes dans une période difficile et il semblerait que nos élus, toutes tendances politiques confondues, soient confrontés à des choix stratégiques économiques et sociaux où la marge de manœuvre est réduite en ces moments de crise. Les annonces de politique intérieure raviront certains et en irriteront d’autres. On ne peut pas plaire à tout le monde !!!
 



 

Il est certain que l’annonce de l’évolution du nombre de fonctionnaires ne fera pas l’unanimité dans tous les ministères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*