Archives mensuelles : octobre 2014

Sacrés Vendangeurs

Je reprends ma plume après tant de mois où certes l’actualité a été riche et intense mais elle ne m’inspirait rien de plus que ce que l’on peut voir ou entendre dans les différents médias.

Ces dernières semaines, j’ai eu la chance de rencontrer tout un panel de personnes hétéroclite pour la saison des vendanges.

Sacrés Vendangeurs

Sacrés Vendangeurs

D’après les « anciens vendangeurs », avant, on venait faire les vendanges pour mettre un peu du « beurre dans les épinards », ou tout simplement pour le plaisir de vivre un moment de partage et convivialité.
Il se trouve qu’aujourd’hui, mais je ne vous apprends rien, que cette opportunité de travailler quelques semaines peut permettre à des personnes

de « vivre » pour ne pas dire seulement manger.

Elles ont le mérite de se réveiller chaque matin et de venir se courber pendant quelques heures de la journée. Le soir, certaines dorment dans des tentes…..

Oui, j’ai entendu des médisants dire que c’était pour « ouvrir ou maintenir » les droits à Pole Emploi.
Peut-être pour une poignée d’entre eux, mais sûrement pas les 90% de ceux que j’ai rencontrés.
Et quand bien même, de ces personnes, il en est qui occupaient une place tout à fait honorable avant que…….. faillite de leur entreprise, divorce etc.
Profiteurs du système diront certains qui ne voient pas plus loin que ce qu’ils entendent au détour d’une conversation ou à l’écoute d’un discours bien rodé à la télévision.
Non, même si vous avez été les témoins de ces abus, nul besoin de mettre tout le monde dans le même panier. Il est encore des personnes qui en veulent, se démènent et Travaillent.

Toutefois, de toutes ces Personnalités diverses, variées et si enrichissantes, une personne m’a tout particulièrement touchée et émue. Pas française…….. au malheur, elle vient prendre notre travail !!!!!! mais seulement européenne.

Comment se fait-il que nous faisions travailler des personnes « étrangères »……………… je ne dirai rien là-dessus, vous aurez certainement votre propre opinion.
Tout simplement lisbonnais (ou Lisbonnin ou Lisboète), à quelques dizaines d’euros d’avion de notre territoire (effectivement, j’y suis allée !!!!). Paradis pour nous français qui allons de plus en plus s’installer là-bas car la vie est moins chère.
Je tiens à lui rendre hommage même s’il ne verra jamais ce message puisque bien entendu pas les moyens de se payer une connexion Internet et encore moins un Smartphone. Il n’y pense même pas. Nous, nous cherchons le meilleur opérateur pour environ 30.00€ par mois pour surfer sur des sites dédiés à nos achats ou « aimer » la dernière nouvelle parue sur les réseaux sociaux….
Il a juste ces bras et son mental pour continuer.
Venu en stop de Lisbonne (afin que sa femme puisse elle, venir travailler avec un moyen de locomotion décent), vous êtes « enfin » arrivé pour faire les saisons agricoles durant plusieurs mois.
Votre seul objectif est de gagner un peu d’argent…..
Quoi qu’il en soit, dans ce pays si proche, il n’y a plus de travail, l’obligation de vivre avec vos aïeuls pour partager le loyer et, d’après ce que vous m’avez expliqué, même plus de banque pour accueillir les quelques euros que vous avez gagné à la force de votre travail. Vous ne les intéressez plus !

Votre seule raison d’être parmi nous est de pouvoir faire manger vos enfants, de leur offrir l’école. J’espère qu’ils seront reconnaissants quand vous les reverrez dans 10 mois.

Espoir

Espoir

Une telle volonté est très rare et se perd de plus en plus dans un monde où la complaisance de gens heureux est devenue coutume.
Je n’ai pas d’œillères et pense être encore assez lucide devant la misère qui s’installe dans notre chère puissance économique. Quoique certains diront : mais elle ne le savait pas………….dans quel monde elle vit !!!!! Je sais pertinemment que je suis une privilégiée.
Juste un constat, nul besoin de sortir de notre continent.
Cher Monsieur (et votre épouse que je n’ai pas eu la chance de rencontrer), je vous remercie de cette discussion où vous ne vous êtes jamais plaint, dans une humilité exemplaire et d’une bravoure que j’ai rarement vu. Vous étiez tout simplement heureux d’avoir enfin pu travailler. Votre sourire a été un ravissement. Et surtout, vous n’avez eu de cesse de dire « je n’ai pas le choix ».
Vous êtes un modèle de courage et d’abnégation.
Je vous souhaite beaucoup de réussite et de récompense dans ce que vous accomplissez.
Un monde meilleur tout simplement.
MERCI